La situation actuelle :

seulement 3,49 % du territoire estrien est actuellement protégé alors qu’au provincial la situation est tout autre :

17 % du territoire québécois est en aires protégées (au 31 mars 2021).

CONNAÎTRE LE TERRITOIRE ESTRIEN
  • null

    Portrait du territoire

    Le paysage estrien est dominé par la forêt qui couvre 77 % du territoire et 90 % de ce territoire est en terres privées. 

    Lire la suite

  • null

    Protection actuelle du territoire

    La région de l’Estrie accuse un important retard au niveau de la protection du territoire.

    Lire la suite

  • null

    Principaux enjeux de conservation

    L’aménagement du territoire ou les espèces exotiques envahissantes sont les principaux enjeux.

    Lire la suite

  • null

    Une biodiversité riche!

    La région recèle une biodiversité riche et diversifiée d’habitats et d’espèces floristiques et fauniques. 

    Lire la suite

  • null

    Initiatives locales

    Le CRE Estrie a recensé diverses initiatives locales de protection de nos milieux naturels.  

    Lire la suite

Portrait du territoire

Le paysage estrien est dominé par la forêt qui couvre 77 % du territoire et 90 % de ce territoire est en terres privées. Le paysage est marqué par une topographie accidentée avec quelques sommets de plus de 1 000 mètres ainsi que de grands plans d’eau tels que : le lac Memphrémagog, le lac Massawippi, le Grand lac Saint-François, le lac Mégantic et le lac Aylmer. Six bassins versants drainent le territoire, soit ceux des rivières Saint-François, Chaudière, Nicolet, Yamaska, Connecticut et de la baie Missisquoi. Le plus important bassin versant est celui de la rivière Saint-François qui draine 67 % du territoire.

Le territoire estrien se trouve dans la province naturelle des Appalaches et chevauche 4 régions naturelles : Montagnes-Vertes, Montagnes-Blanches, Plateau Estrie-Beauce et Plaine de Québec. Caractérisée par une forêt feuillue, la région est divisée en deux grands domaines bioclimatiques soit l’érablière à tilleul et l’érablière à bouleau jaune.

Protection actuelle du territoire

À la fin 2020, le gouvernement annonçait que 17 % du territoire québécois était désormais en aires protégées, dont une grande majorité au nord du 49e parallèle. Cependant, bien qu’au niveau provincial le Québec a atteint les objectifs d’Aïchi pour 2020, plusieurs régions du Sud du Québec, dont l’Estrie, accusent d’importants retards au niveau de la protection de territoires d’intérêt pour la biodiversité. Ainsi, seulement 3,49 % (2021) de la région administrative et 3,32 % de la province naturelle est en aires protégées reconnues par le gouvernement (voir tableau).

Carte interactive des aires protégées reconnues au Québec

 

Tableau de la répartition des aires protégées en Estrie :

 

 

 

 

 

 

 

Des parcs nationaux et régionaux

La région compte 4 parcs nationaux et 2 parcs régionaux :

Parc national de la Yamaska

Parc national du Mont-Orford

Parc national du Mont-Mégantic

Parc national de Frontenac

Parc régional du Mont-Ham

Parc régional du Marécage-des-Scots

Principaux enjeux de conservation

 

L’aménagement du territoire

Depuis le redécoupage de juillet 2021, la région administrative de l’Estrie compte 489 725 personnes (2021), réparties dans 9 MRC et 118 municipalités. La plus grande agglomération urbaine est la Ville de Sherbrooke. Le territoire couvre une superficie totale de 10 196 km2 pour une densité de population de 32,7 hab./km2. 32,7 % des de la population estrienne vit en milieu rural, ce qui est largement supérieur à la moyenne québécoise de 18,5 % (MEI, 2021).

Problématiques : étalement urbain, réglementation en vigueur

Section en développement

 

Les espèces exotiques envahissantes

Au niveau environnemental, la problématique des espèces exotiques envahissantes (EEE) constitue la deuxième cause majeure d’érosion de la biodiversité après la destruction des habitats. De nombreuses EEE sont répertoriées en région et menacent la biodiversité des milieux humides et hydriques et forestiers.

Pour plus de détails, visitez la page sur les espèces exotiques envahissantes.

Une biodiversité riche !

Par sa position géographique méridionale et son climat favorable, la région recèle une biodiversité riche et diversifiée d’habitats et d’espèces floristiques et fauniques. Cependant, plusieurs pressions, tel que l’étalement urbain, mettent en péril certaines de ces espèces. Ainsi, 32 espèces fauniques et 67 espèces floristiques sont en péril en Estrie.

Les prochaines sections présentent quelques espèces indicatrices fauniques et floristiques présentes en Estrie. Les espèces indicatrices sont des organismes dont l’on peut se servir pour surveiller les changements dans un environnement connu, par exemple, afin d’évaluer l’impact de la pollution sur un écosystème, ou au contraire la présence d’une espèce indicatrice dans un habitat défini peut signifier que l’équilibre écologique y est maintenu.

LA FAUNE

L’Estrie dénombre un total d’environ 56 espèces de poissons, 18 espèces d’amphibiens, 8 espèces de reptiles, 157 espèces d’oiseaux et 43 espèces de mammifères qui sont associées au milieu forestier et aux milieux humides de l’Estrie (PPMV Estrie, 2017). De ce nombre, on retrouve 3 espèces menacées, 9 espèces vulnérables et 21 espèces susceptibles d’être désignées menacées ou vulnérables (CDNPQ, 2021).

LA FLORE

En Estrie, les occurrences mentionnent la présence de 5 espèces menacées, 7 espèces vulnérables et 41 plantes susceptibles d’être désignées menacées ou vulnérables (CDPNQ, 2021) pour l’ensemble du territoire estrien (tenure publique et privée).

Des territoires d’intérêt à protéger

 

Portrait d’initiatives locales et municipales

Le CRE Estrie a recensé diverses initiatives locales de protection de nos milieux naturels et réalisé une carte démontrant les efforts globaux de la protection du territoire naturel estrien.

(Lien vers le rapport réalisé en 2020)

 

Carte réalisée par le CRE Estrie en 2020 :

Des organisations engagées dans la conservation

 

Grâce au travail acharné de Corridor appalachien et de Nature Cantons-de-l’Est, d’importantes avancées ont été réalisées dans la conservation en terres privées. Vous êtes invités à parcourir les sites Web pour connaître leurs projets en cours.